Les quatre saisons des fruits et légumes

Aujourd’hui, peu de personnes réfléchissent à la saisonnalité des fruits et légumes. Les caddies se remplissent au grès des envies, sans se soucier du chemin parcouru par les produits entre la production, le voyage, et le panier. Sont également délaissés fruits et légumes « moches », tout autant consommables mais peu plaisants esthétiquement.

Avez-vous vraiment conscience de ces habitudes et leurs conséquences ?

La saisonnalité des fruits et légumes est primordiale.

Vous vouliez être healthy et avez garni votre frigo de courgettes et d’aubergines pour préparer des soupes ? Cette bonne intention en cache pourtant une mauvaise car ce sont des légumes d’été ! Optez plutôt pour les courges, les oignons, les poireaux et les radis pour votre prochain velouté ! Et pour le dessert, attendez le printemps plutôt que d’acheter les fraises dans le supermarché du coin !

« Et pourquoi je ne pourrais pas manger ce que je souhaite ? ça change quoi ? » Beaucoup de choses !

La nature et la Terre ont été crées soigneusement. Si les fruits et légumes ne sont pas disponibles toute l’année, c’est pour une raison !
En hiver, le corps humain est en manque de soleil, de chaleur, de lumière et a donc besoin de nutriments spécifiques. La Terre va donc lancer la saison des légumes riches en minéraux comme les choux, les poireaux, les navets mais aussi celle des agrumes, riches en vitamine C. 

Inversement en été, le corps a chaud et a besoin de s’hydrater. Les fruits tels que la tomate, la pastèque ou le melon regorgent d’eau vont faciliter l’hydratation.

De plus, le respect des saisons aura forcement un effet sur l’environnement. A votre avis, comment des fruits et légumes hors saison arrivent-ils jusqu’à votre supermarché? Par bateau, camion, avion..? Cela crée beaucoup de déplacements, et demande une grande quantité de carbone. Tous ces trajets et stockages pourraient être évités si tout le monde décidait de respecter la saisonnalité.

Prenons l’exemple d’un fruit qui fait fureur en ce moment: l’avocat. Ce produit que l’on retrouve partout sur les réseaux sociaux avec le #avotoast, fait fureur aux Etats unis et en Europe. La sur-demande de ce fruit vert entraine des ravages dans les pays de production comme le Pérou ou le Mexique. Le fruit aussi appelé « diamant de sang » a causé une hausse de la déforestation: plus de 5 millions d’habitants ont vu leur maison rasée pour être remplacée par des plantations d’avocatiers. Depuis plusieurs années, le nombre d’incendies intentionnels (95%) a explosé et les terrains ravagés remplacés par de nouvelles plantations. Pour finir, ces nombreuses plantations causent la sécheresse en Amérique latine. La culture de l’avocat a besoin d’importantes quantités d’eau, environ 100.000 litres par jour et par hectare. La population est ainsi privée d’eau et ne peut répondre à ses besoins quotidiens. Les fleuves, puits et lacs sont complètement asséchés.

 

Aujourd’hui, une (trop) petite partie de la population du monde s’engage. L’association réunionnaise ARIFEL lance des campagnes pour sensibiliser les consommateurs sur l’importance de la saisonnalité des produits sur l’ile de la Réunion.

De nombreux restaurants font honneur aux fruits et légumes en respectant les 4 saisons tels que le restaurant Arpège dirigé par le chef Alain Passard qui compte aujourd’hui 3 étoiles au guide Michelin. Sa spécialité… la saisonnalité! ll ne cuisine que ce qu’il fait pousser dans ses potagers. Sa carte évolue en fonction des saisons. La nature écrit son livre de cuisine. 

Les fruits et légumes « moches ».



Le saviez vous ? Chaque année en moyenne, on observe en France plus de 20 kg d’aliments jetés par personne. Parmi cela, 40% sont des fruits et légumes jetés à cause de leur apparence jugée imparfaite. Pour ne pas effrayer les consommateurs avec des produits moins attrayants, moins « vendeurs », les supermarchés les jettent.

Certaines enseignes telles que Intermarché se révoltent contre ce « concours de beauté » et proposent à ses clients des fruits dits « moches ». En faisant cela, le supermarché teste le consommateur, l’observe et tente de comprendre sa réaction face à une toute nouvelle offre un peu spéciale. Cette enseigne ne s’arrête pas là et va encore plus loin en proposant des dégustations de soupe et de jus faits avec ces produits peu esthétiques pour montrer aux clients que l’esthétique ne change rien au goût. Selon une étude, cette initiative a payé puisqu’en 2016 lors de leur première campagne spéciale « pommes moches », 200 tonnes de pommes on été vendues dans les quelques 1800 points de ventes !

Intermarché n’est pas le seul acteur qui s’attaque au gaspillage alimentaire. Il existe maintenant aussi des applications telles que GRAAPZ qui récupèrent des paniers de fruits et légumes issus des invendus et les revendent par la suite à des prix intéressants.

Toutes ces démarches, qu’elles soient faites par des grandes enseignes, des restaurants étoilés, des petites associations ou des applications nous aident à faire face à ce problème de gaspillage et de saisonnalité. Chaque citoyen doit faire un effort, des petits gestes pour lutter contre ces enjeux qui pourraient devenir catastrophiques pour la société future.

Alors, prêts à découvrir la carte des VRAIS fruits et légumes du moment ?

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *