Rencontre avec Pauline, la superwoman de la rue de Lancry

Aujourd’hui nous retrouvons Pauline, fondatrice de Lily of the Valley, qui nous accueille dans son petit salon de thé à l’anglaise où nous dégustons avec ravissement des cookies tous justes sortis du four. Craquant à l’extérieur, chocolat encore fondant à l’intérieur… Mmm on en fantasme encore.

img_2148-jpg

Des pâtisseries en veux-tu en voilà

Pauline, elle a fait ce qu’on rêve tous de faire : ancienne salariée dans l’immobilier, elle a tout plaqué il y a 3 ans pour monter ses deux salons de thé. « Ce choix s’est imposé à moi. À la naissance de ma deuxième fille j’ai eu besoin de sens ; je ne pouvais plus faire semblant dans un travail qui ne me plaisait pas. » Ce salon de thé, c’est une aventure entrepreneuriale qu’elle partage avec son mari Paul, qui gère le premier salon dans le marais. Vous pouvez y déguster de fantastiques pâtisseries : marbrés, financiers matcha, … Mais aussi des tartes salées et des salades veggies pour les amateurs de salé !  Sa deuxième boutique, elle a tenu à l’ouvrir dans le 10ème, un quartier qu’elle porte dans son cœur puisqu’elle y a grandi : « ce que j’adore c’est que c’est un quartier hyper authentique avec tous les avantages de Paris, les inconvénients y deviennent faciles. J’aime le côté populaire et cosmopolite de ce quartier, c’est ce qui lui donne son caractère. ».

img_2149-jpg

Une femme à plusieurs facettes

Pauline c’est un peu la superwoman du 21ème siècle : pantalon léopard et runnings, elle a tout de la parisienne branchée. Hyperactive, elle vit à mille à l’heure : elle vient d’ouvrir son propre Laboratoire de cuisine et de lancer ses premiers cours de pâtisserie qui commenceront le 19 Octobre. « Ces cours c’était un peu mon rêve d’adulte » confesse t-elle. Férue de porcelaine, elle assume et revendique sa passion pour ces raffineries qui trônent dans son salon de thé « c’est mon côté Brie Van de Kamp » nous avoue t-elle en rigolant « je garde ma collection de mugg dédiée à la royal family dans l’autre boutique. Seuls mes clients en qui j’ai entièrement confiance sont autorisés à boire dedans. »

screen-shot-2016-10-18-at-18-15-31

Le gaspillage, un enjeu qui la touche depuis longtemps

Mais Pauline c’est aussi et surtout une femme engagée : « Il y a six ans, je tenais un blog, « My Biotiful Coach » Ne cherchez pas il n’existe plus » s’empresse t-elle d’ajouter avec un sourire en coin, « Au delà du gaspillage alimentaire, j’essayais de sensibiliser au gaspillage tout court. Avec des petites astuces sur comment laver sa salle de bain avec du bicarbonate ou des bon plan vide dressing, j’essayais à mon échelle d’engager les gens à être plus responsables ». Quand on lui demande pourquoi elle a choisi de s’engager avec OptiMiam, elle répond «OptiMiam c’est cette nouvelle économie collaborative où chacun fait un effort vers l’autre et où on se retrouve à vivre mieux ». Lutter contre le gaspillage c’est pour elle un engagement quotidien et global ; engagement social qui permet de venir en aide aux gens dans le besoin mais aussi un engagement financier car rappelons le quand on gaspille on perd aussi de l’argent. « Et puis ajoute-t-elle les bouchers d’en face ont pris quelques kilos à force de finir les gâteaux qu’il me reste parfois en fin de journée… Alors depuis OptiMiam ils sont ravis ». Nous on dit oui !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *